Publica Logo

N° 1 – 2021 Éditorial

N° 1 – 2021 Éditorial

Doris Bianchi

Cher lecteur, chère lectrice,

Votre prévoyance me tient à cœur. Depuis novembre dernier, je suis la nouvelle directrice de PUBLICA. C’est un retour aux caisses de pensions, à un thème dont, petite fille, j’entendais déjà parler à table. Toutes celles et ceux qui comme moi ont grandi dans les années 80 se rappellent certainement de cette année 1985 où les caisses de pensions sont devenues obligatoires. Pour mes parents comme pour de nombreuses autres personnes salariées, c’était un progrès social. Les déductions salariales qui en résultaient pesaient bien sûr sur le budget familial, mais ajoutées aux cotisations versées par les employeurs et aux intérêts, elles permettent aujourd’hui à mes parents de disposer d’une couverture financière pour leur retraite.

Depuis, la prévoyance professionnelle a continué d’évoluer. Et d’être synonyme de progrès social. Aujourd’hui encore. Depuis le 1er janvier 2021, les personnes salariées les plus âgées qui perdent leur emploi peuvent demander à maintenir leur assurance auprès de leur caisse de pensions sur une base volontaire. Auparavant, qui voyait ses rapports de travail résiliés, sortait aussi de la caisse de pensions. Désormais, chez PUBLICA aussi, les personnes assurées âgées de 58 ans ou plus qui perdent leur travail peuvent rester assurées. PUBLICA offre une grande souplesse, car le gain assuré peut être fixé à un niveau plus bas, ce qui entraîne des cotisations moins élevées.

Il y a un autre sujet qui me tient tout particulièrement à cœur: la prévoyance des femmes. Dans ce domaine, des évolutions sont nécessaires. Car les femmes touchent des rentes de vieillesse environ 37% moins élevées que celle des hommes. Nous observons aussi ce «Gender Pension Gap» chez PUBLICA. En 2020, alors que la rente moyenne versée aux hommes était de 3416 francs par mois, elle était de 2283 francs pour les femmes. Cette différence entre hommes et femmes s’explique principalement par une évolution professionnelle divergente: les femmes, qui s’occupent essentiellement de la famille et arrêtent leur activité professionnelle ou travaillent à temps partiel pendant un certain temps, ne perçoivent que de faibles prestations de la prévoyance professionnelle. Par ailleurs, je constate souvent un manque d’intérêt des femmes pour les questions financières, y compris en ce qui concerne leur propre caisse de pensions. Afin d’éveiller cet intérêt pour la prévoyance professionnelle chez les femmes assurées par PUBLICA, notre magazine électronique va à l’avenir vous proposer une nouvelle rubrique. Sous le titre «LPP: mesdames, pensez à votre prévoyance!», vous trouverez des explications simples et des conseils concrets sur la manière dont vous pouvez améliorer votre prévoyance.

Comme moi, l’ensemble des collaborateurs et collaboratrices de PUBLICA mettent toute leur énergie pour garantir la stabilité financière de votre prévoyance professionnelle. L'année 2020 a été marquée par la pandémie de Covid-19. De nombreuses personnes ont été atteintes dans leur santé, et bien plus encore ont été confrontées à des problèmes financiers. Cette situation tendue ne s’est toutefois pas répercutée sur les marchés financiers. C’est la raison pour laquelle PUBLICA est en mesure de présenter un résultat annuel étonnamment réjouissant. PUBLICA a réalisé une performance annuelle de 4,2% sur sa fortune totale consolidée de plus de 42,5 milliards de francs. Le degré de couverture a ainsi pu être amélioré, passant de 104,1% à 106,6%. Une activité de placement réfléchie qui s’attache aux effets durables sur le climat, sur l’environnement et sur les personnes, restera, en 2021 aussi, une tâche exigeante. PUBLICA a les ressources pour relever ce défi.

Cordialement,
Doris Bianchi

Caisse fédérale de pensions
PUBLICA

Eigerstrasse 57
3007 Berne
Suisse

La loi impose à PUBLICA d’informer les personnes qu’elle assure et celles à qui elle verse une rente. Nous continuerons donc de vous envoyer chaque numéro de notre magazine électronique. Le magazine électronique de PUBLICA est semestriel.